Navigation Menu+



Protocole de dépose amalgame, composite

Il faut savoir que la dépose des amalgames ou composite doit se faire selon un protocole précis d’autant plus  que certains produits utilisés pour le remplacer sont totalement  à proscrire.

D’après les travaux des Dr Klinghardt et Kane ” lorsque le mercure est évacué du corps, les autres toxines s’échappent d’elles-mêmes.  Par contre, tant que le mercure est présent, les autres toxines  doivent être éliminées une par une.”[1]

Personnellement, je le  dirais différemment   tant que ”le corps est sous amalgame”, tout se génère autour de lui.

En d’autres termes, l’amalgame est à même d’enfoncer dans la profondeur de notre corps d’autres pathologies comme celles de vaccin ou de cicatrice. Tout se passe comme si l’amalgame avait tenu toutes ses pathologies sous un couvercle.

A partir du moment ou le corps commence à se libérer de l’amalgame (ou composite), dépose d’une obturation après l’autre. Il va continuer sa puissance de libération dans d’autres domaines.

Par exemple : le vaccin avait crée  une harmonie dans la disharmonie. Une nouvelle harmonie se faisant jour,  tout ce qui est en disharmonie dans le corps finira par sortir en particulier les pathologies vaccins, les cicatrices…

Ce qui fait que la dépose du dernier amalgame est un passage important. Imaginons que des vaccins ou des cicatrices soient susceptibles de causer des troubles. Le dernier amalgame enlevé ce sont eux qui  prendrons le devant de la scène et s’exprimeront sous formes de troubles.

PROTOCOLE DE DEPOSE D’AMALGAME :

– Avant la dépose du dernier amalgame :

– il faut avoir vérifié qu’il n’y a pas  de cicatrice susceptible de causer des troubles à distance.

Si c’est le cas, les traiter  (cicatrices d’extraction, de  résection apicale…) ou les avoir fait traiter en auriculo-poncture ou neuralthérapie. Mais aussi  toutes les autres  cicatrices sur le corps, en particulier la cicatrice des boucles d’oreille, du nombril…

D’avoir tenu compte des vaccinations.

Un médecin homéopathe anti-dotera tous les effets indésirables  des vaccins  par un   médicament homéopathique préparé à partir du vaccin, par exemple : l’isopathique de  l’hépatite B pour le vaccin de l’hépatite B.

Mode opératoire : commencer par en premier, l’isopathique du dernier vaccin pris, pour les autres  du dernier au premier. C’est à dire  terminer par le premier qui a été donné.

C’est une autre façon de remonter le temps, de remonter vers notre santé originelle.

Il ne faut pas déposer plus d’un amalgame par phase lunaire.

En lune montante, toutes les énergies se tonifient. Elles sont diffusées dans le corps en volumes.

En lune descendante, les énergies se dispersent dans tout le corps de façon à être très actives, surtout au niveau de la cellule.

S’il y a beaucoup de choses à modifier dans un organisme, c’est à ce moment qu’elles seront éliminées.

En pratique : laissez passez une phase lunaire. Prenez un R.V par mois chez votre dentiste

La dépose doit se faire selon un certain ordre.

C’est la prise du pouls qui nous donnera  l’ordre de dépose des amalgames. Il tiendra compte des demandes du corps, de sa faculté de guérison, de l’énergie présente. Cela évitera en particulier les troubles d’une  dent source s’exprimant au niveau d’une dent cible.

Si vous ne prenez pas le pouls, il est toujours possible de commencer par le plus petit amalgame pour terminer par le plus gros ou de le faire en fonction des troubles que présente le patient au moment de la consultation.

Avant d’enlever un amalgame, il faut injecter un isopathique d’amalgame au point facio-buccal[2] qui est en même temps l’image énergétique de la dent et le point de communication de la dent avec son méridien d’acupuncture qui lui correspond.

Le processus amène à ce moment là le corps en inversement de phase. Il installe aussi une tempérance, ce qui amène le corps à vivre sur un rythme particulier. Le corps est coupé d’une information négative. C’est un cap à franchir.

Avant la dépose du  dernier amalgame  le corps est coupé d’une information essentielle mais il y avait toujours un amalgame pour le remettre dans son repère. A la dépose du  dernier amalgame, l’isopathique agit encore plus fort parce que le corps va basculer dans des repères nouveaux. Ce qui nécessite de faire un accompagnement avec le remède de la personne : le simillimum, chère aux homéopathes.

Il faut mettre un “isopathique amalgame”  dans la dent après l’éviction de l’amalgame sinon la dent reste dans ses anciens repères et se comporte comme si l’amalgame était  toujours présent.

-Si en enlevant l’amalgame  vous considérez que la dent  a subi un choc, une agression,  il est possible d’y remédier avec des Fleurs de Bach que vous mettrez à demeure pendant une trentaine de secondes, dans la dent. A cet effet je vous conseille un mélange : Renouveau. Il, il permet à la dent de  passer non seulement sur le choc, l’agression que  la dent a subie et il apporte un sentiment de paix intérieure.

– Pendant toute la dépose proprement dite, certaines règles sont à respecter. Il faut faire de sorte que le patient et le praticien inhalent  ou ingèrent le moins d’amalgame  ou de vapeur d’amalgame possible.

Pour ce faire : l’irrigation doit être au maximum. Il est conseillé d’utiliser des canules d’aspiration “Clean up”[3]. Un embout spécial  entoure la dent. Il y a une meilleure élimination des déchets d’amalgame. Et d’essayez autant que possible d’enlever l’amalgame par morceau entier et non sous forme de poussières.

Pour la protection des patients de l’absorption d’amalgame, certains préconisent  l’usage d’une digue. Les avis sont partagés. Les travaux faits au sein de l’I.A.OM.T,  aux Etats-Unis,  ont montré  que la moindre absorption de l’amalgame sous forme de poussière est remplacée par des vapeurs de mercure. La digue n’est pas la panacée.

SANTE DU PRATICIEN :

Elle est trop souvent  oubliée et négligée.  Lui aussi est intoxiqué par l’amalgame ( ou composite)

Pour le dentiste , une lumière s’allume c’est lorsqu’il  devient irritable, nerveux. C’est le moment pour lui,  de prendre une dose d’amalgame sous forme homéopathique  par exemple : quelques gouttes d’ isothérapique amalgame  6 K.

PROTOCOLE DE DEPOSE DES COMPOSITES :

Il est en gros identique à celui de l’amalgame.

Chaque fois que nous étions amené à utiliser  un isopathique d’amalgame, nous le remplaçons par un isopathique de composite (injection au point facio-buccal, et dans la dent  après éviction du composite.)

L’éviction du composite  est plus facile. Il peut s’enlever par morceaux.

EN PRATIQUE  :

Je me souviendrais toujours d’un confrère allemand, le Dr Kramer  de Nuremberg, spécialiste en électro-acupuncture, à qui l’on demandait s’il mettait encore des amalgames en bouche, avait répondu : “je teste le patient, s’il  s’est équilibré dans cette  disharmonie et qu’il s’y trouve bien, pourquoi pas ”.

Dans ce cas de figure, il serait souhaitable de mettre, entre la dent et l’amalgame, un fond de cavité à l’eugénate ou encore mieux à l’ Helioz[4] de façon à isoler le maximum de surface  de la dent au contact de l’amalgame.

Une étude japonaise  a montré qu’en  préparant des cavités sur des singes et en les obturant avec divers matériaux, un seul produit a été capable de provoquer la formation de dentine secondaire : l’eugénate.


[1] Soignez-vous N° 26

[2] Dr Eric Kiener. Dr Albert Roths. Répertoire Synthétique. Acupuncture dentaire. Auriculothérapie. Réflexothérapie Facio Buccal . Ed Trédaniel.

[3] SEVA 463 Route du Rosay 74700 Sallanches

[4] Oxyde de zinc + H.E de girofle + isopathique eugénate