Navigation Menu+



37 : hypersensibilité

Observations
À l’occasion, d’une conférence faite à Euro-Dental-Expo. début Avril 2004 à Paris, j’ai rencontré un confrère qui m’a parlé d’une hypersensibilité dentaire rebelle chez une de ses patientes.


Il avait effectué, le 21/11/2003 un premier curetage. Puis, un second le 5/12/2003. Ce qui déclencha une très forte sensibilité dentaire au chaud et froid particulièrement sur la  deuxième molaire inférieure gauche (37 : l’acte juste), avec une forte réactivation d’une douleur à l’épaule droite déjà présente avant le traitement.
Divers traitements ont été essayés en vain : homéopathie (hypericum, staphysagria à différentes dilutions), Huile essentielle (mélaleuca), vernis.
Il me demande conseil. Comme les traitements locaux n’ont rien donné, je lui demande si sa patiente ne vit pas tout simplement quelque chose de difficile en ce moment.  C’est le cas avec son père, qu’elle qualifie même de “despote”…
Son grand-père était bulgare et sa grand-mère était Tchèque. Ils n’étaient pas mariés, ce qui était très mal vu à l’époque. Son grand-père maltraitait son épouse. Elle a développé un “diabète terrible”. Elle travaillait continuellement et n’avait aucune tendresse pour sa fille. Toute l’enfance de sa fille a été baignée par les conflits entre son père et son grand-père. Fille unique, elle recevait souvent des fessées magistrales car elle devait être la meilleure en classe. Elle se qualifie de “rebelle”. Elle est partie à 27 ans de Prague pour la France. Actuellement son père est en train de perdre l’audition.
Consciemment, elle a fait ce qui était bon pour elle. Elle est partie. C’est son côté enfant rebelle. La réalité du moment est son hypersensibilité aux informations venant de l’extérieur.

Surtout si cela se rapporte à “l’acte juste” : la 37.
Dans la tradition chinoise, le culte des ancêtres est important. Il est demandé d’honorer et de respecter les parents.

Et dans ce cas, à leur tour, ils aideront leurs descendants.

Et si tout simplement, c’était l’enfant fidèle qui souffrait en elle, devant l’incapacité de pouvoir honorer son père.

Aussi, je conseille à mon confrère de demander à sa patiente de visualiser son père devant elle, de s’incliner devant cette représentation et de dire : “Papa, je t’honore”.
Elle l’a fait. Et le lendemain, il y eut une guérison totale de la sensibilité dentaire ainsi que la disparition des douleurs de l’épaule et du coude droit.

Conclusion :
Même en ayant les épaules larges, et la tête sur les épaules, l’acte juste était d’honorer son père pour enfin pouvoir poser la tête sur ses épaules.