Navigation Menu+




Alimentation

Pourquoi s’alimenter ?

Outre le fait de passer un moment agréable et convivial avec ses proches et ses amis, se nourrir permet d’apporter de l’énergie à son organisme. Energie que le corps ne fabrique pas. Cela se fait : par un apport de protéines à hauteur de 20 à 25 % de son assiette,

  • par un apport de lipides à hauteur de 20 à 25 % de son assiette,
  • par un apport de glucides, notamment de féculents à hauteur de 50 % de son assiette,
  • par un apport d’oligo-éléments en faible quantité, comme le fer, le cuivre, le zinc, le sélénium, etc…
  • par un apport de vitamines et de minéraux au travers des fruits et légumes, comme le magnésium, le calcium, le phosphore, etc…

Comme me disait un ami, médecin spécialiste en nutrition,  il lui était très difficile de recommander un régime à ses patients. Ils sont tous différents et pleins de contradictions.D’autant plus qu’il est très difficile de changer nos habitudes alimentaires.

Essayez de faire abandonner, le café plus le lait au petit déjeuner à certains d’entre nous. Ils vous rétorqueraient que vous leur volez leurs moments de partage, de plaisir avec leurs parents, frères et sœurs.
Dans notre propos, nous aborderons dans un premier temps, l’alimentation « idéale » selon un « nutritionniste classique », puis l’alimentation prenant en compte différentes pathologies.

 

L’assiette idéale pour une personne bien portante

Selon la médecine officielle Il faudrait  1. Une seule protéine par repas

Par protéines on entend : les viandes, les poissons, les produits laitiers y compris les fromages. Cela pourrait se traduire par  100 gr de viande,  ou  130 g de volaille, ou125 gr de poisson, ou  2 œufs, ou  2 tranches de jambon ou 40 gr de fromage. Les protéines végétales peuvent venir en complément, mais ne suffiront pour l’ apport énergétique. Par exemple : 100 gr viande = 700 gr de lentilles.

2. Des glucides qui se divisent en sucres rapides et en sucres lents

Les sucres rapides : se sont les alcools, les jus de fruits, les sodas qui peuvent contenir jusqu’à 20 sucres par canette. Ils sont addictifs. Leur injection amène une production d’insuline à laquelle  va succéder une poussée d’hypoglycémie. Les sucres rapides sont à éviter. Conseil : si vous êtes en addiction de chocolat et/ou de desserts sucrés, mangez-en pendant le repas, et non entre les repas.

Les sucres lents : Ils  devraient représenter 50 % de notre assiette. Ce sont tous les féculents : les pommes de terre (à  préparer de préférence à l’eau), les châtaignes, le pain (complet, seigle, aux céréales), les pâtes (à préférer la cuisson « al dente » pour conserver les sucres lents), le riz complet et le riz basmati (pas les autres riz) et enfin toutes les légumineuses (les lentilles, les haricots secs, les haricots rouges, les pois chiches, le quinoa, le boulgour, etc…)

3. Des lipides (ou matières grasses)

Ce sont les ennemis du poids. Ils font grossir. C’est 20 à 25 % de votre assiette.

Beurre : se limiter à une plaquette de 20 g  » petit déjeuner hôtel « par jourMargarines : les supprimer toutes

  • Huiles : 2 cuillères  à soupe par jour. Préférez l’huile olive, première pression à froid (et/ou l’huile de colza)
  • Viandes : Evitez également les viandes grasses et les charcuteries.
  • Fromages : Evitez les fromages gras (gorgonzola, roquefort, fromages à pâtes dures, beaufort, comté, tomme) ou à pâtes molles (reblochon, camembert, brie).
  • Préférez le parmesan, les fromages de chèvres frais, la cancoillotte, le petit suisse, le fromage blanc et enfin le yaourt).

Equivalence : 10 gr de lipides = 1 kg de poisson = 1 kg de dinde = 13 gr de beurre = 10 frites = 1 madeleine = 40 gr de gigot d’agneau = 1 merguez = 30 gr de chocolat

Remarque : Pour les yaourts et les fromages blancs rien ne sert de les prendre à 0 % de M.G., car ils sont composés de 85 % d’eau.

Par contre pour les crèmes, préférez les produits allégés en matières grasses.

La question des omégas : ce sont des acides gras essentiels non fabriqués par le corps, ils  sont apportés par l’alimentation

* Oméga 3 : c’est un anti-inflammatoire et il augmente la viscosité sanguine. On en trouve dans les sardines, saumon les harengs, les maquereaux, truites de rivière.

Mais également dans les végétaux tels que les noix, les noisettes, les amandes et dans l’huile de noix et de colza (A utiliser dans les salades).

* Oméga 6 : il a une action opposée à l’Oméga 3 : il diminue la viscosité du sang et il est inflammatoire. On en trouve dans l’huile de tournesol, l’onagre et la bourrache

* Oméga 9 : essentiellement dans l’huile d’olive.

En cas d’alimentation déséquilibrée, en particulier en omégas, il est possible de prendre des compléments alimentaires. Pensez à prendre conseil auprès d’un nutritionniste.

Pour perdre du poids, il faut augmenter sa masse musculaire en faisant un sport régulier de type endurance :course à pied, natation, vélo, etc…., ceci vous permettra de manger sans grossir.

Il faudra également changer son comportement alimentaire et en faire son hygiène de vie.

 

Conseils :

  •  Mangez au moins 5 fruits ou légumes par jour
  • Préférez vos courses au marché auprès de petits producteurs , si possible bio, au lieu des supermarchés
  • Consommez vos fruits et légumes, de votre région et de saison, le plus rapidement possible
  • Faîtes cuire vos légumes à la vapeur et non dans l’eau
  • Privilégiez votre riz et vos pâtes « al dente »

l'aliment a visée thérapeutique

« Un homme peut s’estimer heureux quand ce dont il se nourrit est aussi ce qui le soigne. »

David H. Thoreau

– Accident cérébro-vasculaire : Les fruits et les légumes frais réduisent de 40 % les risques. Conseillés : groseille noire et myrtille.

– Acné : Évitez les aliments salés et épicés, les légumes et les boissons acides. La salade doit être préparée à la crème aigre. Boire un litre de tisane d’ortie par jour, répartir les gorgées sur toute la journée.

– Appendicite : Prendre des aliments riches en fibres dont le son.

– Arthrite : Consommer les poissons comme le saumon, la sardine et le maquereau, truite de rivière., riches en oméga 3. Ces aliments peuvent prévenir ou soulager les douleurs inflammatoires.

– Asthme : Le piment, l’ail, l’oignon, la moutarde et le raifort sont de bons dilatateurs de bronches. Deux tasses de café fort peuvent également enrayer une crise. Les huiles de poissons soulagent l’asthme bronchique.

– Calculs rénaux :  En prévention balle de riz

– Cancer : Des travaux récents ont montrés que la Vitamine C naturelle freinait le développement des cellules tumorales et inactivait certaines substances cancérigènes. Manger des asperges cuites qu’elles soient fraiches ou non. Si possible biologiques pour éviter les pesticides ou autres produits. Recette conseillée : les faire cuire dans un mélangeur,  et les réduire en purée et la conserver au réfrigérateur.  En prendre 4 cuillères à soupe matin et soir, au moins 2 à 4 semaines. La Vitamine C atténue les effets secondaires de la chimiothérapie. Prévention : on note une diminution notable du cancer ORL, de l’œsophage, de l’estomac et du poumon avec les fruits. Les légumes apportent le même effet sur les cancers ORL, de l’œsophage et de l’estomac. Augmentation : avec les viandes rouges, la charcuterie dans le cancer du colon, avec l’alcool pour ORL, l’œsophage, le cancer du sein chez la femme et celui du colon chez l’homme.

– Cardio-vasculaire (système) : Poissons à chair grasse, l’oignon, le gingembre, le melon, l’huile, d’olive, oignon, thé vert, la bière, la myrtille, l’aubergine, les poissons riches en acides gras

– Cheveux (perte de) : Elle est due à un excès de Yin. C’est à dire abus de vitamine C, des fruits, du sucre, des salades, des produits riches en potasse ou en phosphore.

Cholestérol :

Pour abaisser  le mauvais  LDL  (Low Density Lipoproteine): Son d’avoine, les aliments à la base d’avoine, les haricots secs, germes de soja, pamplemousse, orange fraîche, pomme, carotte, l’ail, l’oignon, orge, gingembre, aubergine, artichaut, banane verte, l’huile d’olive. Pour élever le bon  HDL  : un demi-bulbe d’oignon cru par jour. Remplacez vos huiles par de l’huile d’olive , première pression à froid.

– Constipation : Prendre du son de blé auquel on peut rajouter du jus de pruneau, boire du jus de pommes, huile d’onagre. Sont également laxatifs : carotte,  chou, algues marines.

– Cystite : canneberge

– Dents :

 

Abcès : chou, figue

Blanchissement : pomme

Caries : thé, carotte, raisin, jus de cerise noire

Pyorrhée : chou, olive pissenlit, raifort

– Diabète : Supprimer le lait de vache. A la place prendre du lait de chèvre, demi-écrémé, avec 7 grains de poivre noir pour purifier le sang. Consommez de préférence des aliments qui amènent une élévation lente et progressive du sucre dans le sang : cacahuète , germes de soja, les lentilles, les haricots cuisinés, les fèves, les pois chiches, pomme.  En prévention du diabète de la cinquantaine insulino-résistant, manger des tomates, en particulier les coulis et les sauces de tomates pour son lycopène.

– Diarrhée : Manger du yaourt à l’ancienne, des myrtilles, des groseilles noires et du miel.

– Diverticule : (Affection) : Prendre du son et des aliments riches en fibres : les légumineuses, l’avoine, le chou, la carotte, la pomme.

– Emphysème : Piments, ail, oignon, moutarde, raifort.

– Fatigue : L’avoine, qui est un revitalisant global.

– Fer (manque de) : manger 1 fois par semaine de la viande rouge.

– Foie : Pissenlit – radis noir – citron (1 jus de citron à jeun tous les matins pendant 3 semaines).

Crise hépatique : cure d’huile d’olive vierge 1° pression à froid. Une cuillère à soupe au lever pendant 3 semaines, puis le 21° jour absorber un demi-litre dans la journée, cela évacue les restes de calculs.

– Gluten : Quinoa riche en protéines, en acides gras essentiels, en fibres, en oligo-éléments, vitamines.

– Hémorroïdes :  Son de blé, fruits et légumes riches en fibres.

– Hypertension : Boire un verre d’eau avant de prendre un bain abaisse la tension artérielle. Banane extrêmement riche en potassium et pauvre en sel. Deux  boîtes de maquereaux par semaine peuvent faire chuter la tension artérielle. De même que le son de blé, l’huile d’olive, l’ail, les algues, le yaourt, le thé vert et les légumineuses en général.

– Infarctus : En prévention, boire un verre d’eau avant de se coucher.

– Infection : Yogourt à l’ancienne, l’ail, orange , jus de raisin, thé, miel, myrtille, canneberge, prune, framboise,  fraise pêche, figue.

– Insomnie : Les aliments les plus efficaces : le sucre et le miel. Le lait tient éveillé contre toute croyance.

– Migraine : dans certains cas : huiles de poisson

– Ostéoporose : Soupe à l’oignon.

– Psoriasis : Faire une mono diète de pommes cuites au four sans beurre, ni sucre pendant une  semaine. Manger du saumon, des sardines, du hareng et du maquereau soulage le psoriasis.

– Rate-Pancréas : Cosse de haricots 1 gélule avec les trois principaux repas.

– Rein :

Prévention :  Huile de poison riches en acide gras oméga 3. En cas de maladie rénale diabétique manger plus d’aliments à base de soja. A une action préventive et amène une amélioration du profil lipidique.

– Rhumatisme : Jeune pouvant aller jusqu’à 24 jr. Aneth (cuit)

– Sclérose en plaques : Supprimez le pain, les gâteaux, les biscuits, les céréales. Prenez  des légumes, un peu de viande, du poisson et des œufs. Consommez de l’huile d’onagre en complément.

– Sinusite : La suppression du lait, de tous les produits laitiers (fromage, yaourt…) amènera une forte diminution des douleurs.

 

– Ulcère : Prévention :   jus de chou, plantain, banane verte

– Vision : myrtille, ail (uniquement cru), pissenlit, oignons

 

Bibliographie

Blanc. J.P : Le petit livre de la minceur. First Éditions Breuss. Rudolf : La cure Breuss.  Éditions Labussière Carper Jean : les aliments qui guérissent Le Bozec  Ariane : L’onagre Kiener Eric : Une médecine pour l’homme debout. Ohsawa Georges : le Zen macrobiotique. Éditions Librairie Philosophique J. Vrin Valnet Jean :  Traitement des maladies par les légumes, les fruits et les céréales. Éditions Maloine

Régime individualisé

Il existe pratiquement autant de régimes que de livres. Mais comment trouver les aliments qui vous conviennent ?

D’abord éliminons les aliments qui ne nous sont pas bénéfiques, qui nous prennent de l’énergie au lieu de nous en procurer.

Approche simple Vous soupçonnez un aliment ? Supprimez-le totalement de votre alimentation pendant 5 jours. Puis réintroduisez-le, et lui seul. Observez alors votre digestion : si elle perdure, si vous avez une sensation de lourdeur : l’aliment ne vous convient pas. L’intestin grêle n’est plus capable de faire son travail. Dans un premier temps, éliminez cet aliment de votre assiette.

Mais ne vaudrait-il pas mieux en chercher la cause ?

Détection des aliments responsables de certaines réactions inflammatoires chroniques Une méthode consiste à identifier les taux élevés des anticorps IgG spécifiques de certains aliments à partir d’une prise de sang, comme la méthode : ImuPro1

Le top 5 des aliments à supprimer, en cas d’intolérance alimentaire trouvée est : le gluten, le lait, les œufs, la vanille, et l’amande.

La seule restriction à cette méthode : elle  ne peut mettre en évidence l’intolérance au sucre. Nous pouvons néanmoins le suspecter en présence d’un taux élevé de candidat. Pour le Docteur Nogier : le sucre blanc est responsable de ce qu’il appelait «  la maladie aux cent visages ». Elle est souvent en cause mais difficilement identifiable. Eclairage alimentaire En cas de…

Constipation : vérifier s’il n’y a pas d’intolérance au gluten. Lait : n’a pas encore coupé le cordon ombilical. Mal à digérer l’eau : rate et pancréas Garde tout ce qui peut faire mal : pancréatite

Quelques recommandations Poissons Les autorités sanitaires canadiennes mettent en garde les consommateurs contre le fort taux élevé de mercure contenu dans les poissons prédateurs (thon, espadon, marlin …)

Un adulte normal ne devrait consommer plus de 150 grammes par semaine. Les femmes enceintes ou allaitantes pas plus de 100  grammes par mois. Les enfants de moins de 4 ans pas plus de 75 grammes par mois.

Boisson Boire régulièrement du thé vert. Une équipe de chercheurs japonais a montré que le thé vert s’opposait à la formation de caries dentaires en empêchant les bactéries de s’attacher à la surface de l’émail. Les peptides du lait sont impliqués dans les  prédispositions génétiques aux allergies. Celles au gluten sont en cause dans environ 50% des maladies auto-immunes. Quelques habitudes à changer L’Europe du Nord cuisine au beurre, l’ Europe du Sud cuisine à l’huile. Les pathologies au nord sont plus conséquentes . Tenons en compte et utilisons l’huile d’olive bio première pression à froid, pour votre cuisine, à la place du beurre. Connaissez vous, toutes les propriétés du Vinaigre de cidre bio, appelé autrefois, « Elixir de Jeunesse » ? Il traite: le cholestérol, les douleurs arthrosiques, les maux de tête, la constipation, l’asthme , l’hypertension, la perte de cheveux, le foie, les reins, l’ostéoporose … Pris 30 minutes avant un repas, il stimule la digestion tout en combattant les ballonnements, les brûlures d’estomac, et les spasmes abdominaux. Pris au réveil (une cuillère à soupe dans un verre d’eau), il combat la cellulite et il vous fera maigrir de 1 kg, et  perdre 1 cm de tour de taille , par mois !

remplacez votre vinaigre du commerce  par du Vinaigre de cidre bio comme pour tous vos assaisonnements.

Une publicité nous demande de manger 5 fruits et légumes par jour.

Encore faut-il savoir que si vous mélangez dans l’estomac votre fruit avec d’autres aliments, le fruit ne passe pas directement de l’estomac dans l’intestin. Le fruit se mêle aux autres aliments qui ont sont en train de se putréfier et cela produit des gaz avec un risque d’indigestion. Une mono-diète de raisin bio à l’automne est un merveilleux détoxiquant.

consommez les fruits loin des repas, si possible des fruits de saison et de votre région, et au moment où ils sont à maturation. ajoutez des graines germées (la luzerne, le blé, l’avoine, la moutarde le tournesol, le fenugrec) pour leurs qualités propres mais aussi parce que vous pouvez les cultiver chez vous.

Privilégiez les aliments bio, dans la mesure du possible avec discernement.

Par exemple : le chocolat bio contient trop de matières grasses.

cessez de manger la chair d’animaux abattus après avoir été gavés de nourriture chargée de produits chimiques, de pesticides ….. néfastes à notre santé. Il existe encore d’autres approches  selon :

  • les combinaisons alimentaires : Shelton M-Herbert. Les Combinaisons alimentaires  et votre Santé. Éditions Le courrier du Livre.
  • la constitution : Votre Santé, un Chemin de Paix, du Docteur Emmanuel Serrabone.
  • votre groupe sanguin : 4 groupes sanguins, 4 régimes. D’Adamo Peter.
  • la médecine Taoïste : Les Exercices Secrets des moines Taoïstes.  p. 71 Éditions TrédanielEn conclusion Changer d’alimentation, c’est ce remettre en cause, Se remettre en cause, c’est changer d’alimentation

Bibliographie Adamo Peter : 4 groupes sanguins, 4 régimes. Éditions Michel Lafon Blanc J.P : Le petit livre de la minceur. First Éditions. Breuss Rudolf : La cure Breuss.  Éditions Labussière. Carper Jean : les aliments qui guérissent.  Éditions Le Grand Livre du mois. Le Bozec  Ariane : L’onagre. Kiener Eric : Une médecine pour l’homme debout. Lockie Andrew : Le Grand Guide Hachette des aliments santé. Éditions Le Grand Livre du mois. Ohsawa Georges : le Zen macrobiotique. Éditions Librairie Philosophique J. Vrin. Peyret Inès : Guide Pratique du Vinaigre. Centre du Livre Naturel. Robbins John : Se nourrir sans faire souffrir Seignalet Jean : L’alimentation ou la Troisième Médecine. Éditions De l’Oeil. Serrabone  Emmanuel : Votre Santé, un chemin de Paix. Éditions Robert Jauze. Shelton M-Herbert : Les Combinaisons alimentaires et votre Santé. Éditions Courrier du livre Tawm Kim : Les Exercices Secrets des moines Taoïstes. Éditions Trédaniel. Valnet Jean : Traitement des maladies par les légumes, les fruits et les céréales. Éditions  Maloine.

OGM

Content goes here

OUI, LES OGM SONT DES POISONS[1] !

« C’est une véritable bombe que lance, le 19 septembre, la très sérieuse revue américaine « Food and Chemical Toxicology » une référence en matière de toxicologie alimentaire[2], en publiant les résultats de l’expérimentation menée par l’équipe du français Gilles-Eric Séralini, professeur de biologie moléculaire à l’université de Caen. Une bombe à fragmentation : scientifique, sanitaire, politique et industrielle.

  Elle pulvérise en effet une vérité officielle : l’innocuité du maïs génétiquement modifié. Lourdement toxique et souvent mortelle,  même à faible dose, l’OGM étudié se révèle lourdement toxique et souvent mortel pour des rats. A tel point que, s’il s’agissait d’un médicament, il devrait être suspendu séance tenante dans l’attente de nouvelles investigations. Car c’est ce même OGM que l’on retrouve dans nos assiettes, à travers la viande, les œufs ou le lait. En 2006, c’est comme un véritable thriller que commence cette recherche, dont le maître d’œuvre, Gilles-Eric Séralini, divulgue lui-même les conclusions dans un « Tous cobayes ![3]« , Jusqu’en 2011, les chercheurs ont travaillé dans des conditions de quasi-clandestinité. Ils ont crypté leurs courriels comme au Pentagone, se sont interdit toute discussion téléphonique et ont même lancé une étude leurre tant ils craignaient un coup de Jarnac des multinationales de la semence… Après moins d’un an de menus différenciés au maïs OGM, c’était une hécatombe parmi nos rats, dont je n’avais pas imaginé l’ampleur. Tous les groupes de rats, qu’ils soient nourris avec le maïs OGM traité ou non au Roundup, l’herbicide de Monsanto ou alimentés avec une eau contenant de faibles doses d’herbicide présent dans les champs d’OGM sont frappés par une multitude de pathologies lourdes au 13° mois de l’expérience. Chez les femelles, cela se manifeste par des explosions en chaînes de tumeurs mammaires qui atteignent parfois jusqu’à 25 % de leur poids. Chez les mâles, ce sont les organes dépurateurs, le foie et les reins qui sont atteints d’anomalies marquées ou sévères. Avec une fréquence de deux à cinq fois plus importante que pour les rongeurs nourris au maïs sans OGM.  

 

Ces photos sont tirées du film : Tous Cobayes ?,  se passent de commentaires.

 

 

[1] Le Nouvel Observateur du 20 Septembre 2012 [2] Une référence en matière de toxicologie alimentaire

 

 

L’ETUDE:

 

 

Dans son ouvrage, «  La vérité sur les OGM, c’est notre affaire », Corinne Lepage  met les pouvoirs publics français et européens devant leurs responsabilités judiciaires et pénales.   Son questionnement est le suivant : – Pourquoi les études publiés par Monsanto s’arrêtent-ils à 12 mois, alors les troubles deviennent visibles après ce délai ? – Pourquoi un expert ne donne qu’un avis, lequel n’engage pas sa responsabilité ? Elle demande une remise en cause de l’application de la directive européenne au niveau de l‘Efsa (Autorité européenne  de Sécurité des Aliments) et de la GGB (Commission  du Génie biomoléculaire)  et pourquoi pas des décideurs politiques.  

BIBLIOGRAPHIE

 

 

Jean-Paul  Jaud. Tous Cobayes ?  Le film

 

Gilles-Eric. Séralini. Tous Cobayes. Le livre aux Ed Flammarion

 

    Corinne Lepage. La vérité sur les OGM, c’est notre affaire. Ed Charles Léopold Mayer